Ce blogue  13 OR DE VIE est un outil collaboratif pour les ateliers d’Art-Thérapie  à l’intention des victimes du terrorisme . Il est aussi une revue de presse documentaire sur les attentats du 13-Novembre  orientée vers le traumatisme observé à travers les témoignages les études et les soins  dans l’entourage des victimes

Nous ne sommes pas un paquet de gens à soigner, nous sommes des êtres humains. Un médecin ne doit savoir compter que jusqu’à un, l’unicité de son malade, la valeur unique, singulière, qui fait qu’aucun malade ne ressemble à un autre… et que tous doivent être aidés. Encore faut-il que la victime en ait l’envie et la possibilité.

Patrick PellouxL’instinct de vie

Maintenant, quand je repense au Bataclan­­, je vois ma BD. Je vois ce que moi j’en ai reconstruit. Je ne vois quasiment plus les vraies images. Ce que j’ai retranscrit, c’est vraiment pour moi une réappropriation. J’ai fait de ce Bataclan, de cette horreur, « mon » Bataclan, « mon » horreur, avec ma représentation.

Fred Dewilde – Auteur de la bande dessinée « Mon Bataclan »

S’inscrire aux ateliers d’Art-Thérapie

Prévoir un temps de rencontre avant le premier atelier

13ordevie

Les art-thérapeutes de 13 or de vie recevront les personnes désirant s’inscrire ou simplement en savoir plus sur les ateliers.

Pour nous joindre et avoir l’adresse : mailto:contact@13ordevie.org

Les art-thérapeutes

Propositions d’ateliers d’Art-Thérapie

peinture-plume-sonia

Pèle mêle 13 or de vie

les-mains-21

Soutenez 13 or de viebouton-faire-un-don

Calendrier des ateliers 2016

size_4_presse

13ordevie  Qu’est-ce que l’Art-Thérapie ?

L’art thérapie est une approche centrée sur un processus créatif en tant que modalité thérapeutique. Cette pratique propose une expérience artistique, sensorielle et ludique à travers différents procédés : peinture, dessin, collage, modelage… Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation avec soi-même et les autres.

Le dispositif mis en place permet à l’activité de se dérouler dans un cadre bienveillant, sécurisant, sans que n’interviennent de jugement de valeur, d’incitation et d’interprétation intrusive. L’art thérapie contribue à apaiser et transformer les souffrances physiques et psychiques pour aller vers du soulagement et envisager l’avenir plus tranquillement.

13ordevie  Pourquoi l’Art Thérapie ?

« La confrontation à des événements traumatiques est une violence indicible qui peut conduire à des blessures psychiques plus ou moins visibles. Pour les rescapés de tels drames il est alors souvent bien difficile de s’en libérer sans aucun soutien. Mettre des mots sur l‘innommable, parvenir à ne plus être submergé par les reviviscences et par ses émotions, nécessitent du temps et pour certains toute une vie n’y suffira pas. L’Art-thérapie est un support de médiation qui permet d’apprivoiser ce qui ne peut pas s’exprimer par des mots et qui permet aux blessés psychiques d’apprivoiser peu à peu leurs ressentis et de ne plus y être soumis. Dans un contexte de prise en charge post-attentat, c’est un relais des plus précieux pour permettre aux impliqués de redevenir acteurs de leur vie en faisant de ce qu’ils ont vécu un temps de créativité qui les aidera à dépasser cette épreuve » Hélène Romano – Dr en Psychopathologie-HDR
Les personnes présentent sur les photos des ateliers qui sont publiées sur le blogue sont celles des Art-thérapeutes et stagiaires avec leur autorisation. En aucun cas il ne s’agit de victimes des attentats.

Le livre « Le Lambeau », comme une thérapie pour Gaëlle, 36 ans, rescapée du Bataclan

Le livre « Le Lambeau », comme une thérapie pour Gaëlle, 36 ans, rescapée du Bataclan
Edité par Alexandra du Boucheron & Sandrine Etoa-Andegue
08/05/2018
Gaëlle, blessée lors de l’attentat du Bataclan a dévoré « Le Lambeau », le récit de Philippe Lançon, rescapé de l’attaque contre Charlie Hebdo la même année.
Récit dense d’un rescapé meurtri dans sa chair lors de l’attentat du 7 janvier 2015 au siège du journal Charlie Hebdo, Le Lambeau (éd. Gallimard, 19 avril 2018) est le livre dont tout le monde parle et dont le lecteur ne ressort pas indemne. Son auteur, Philippe Lançon, écrivain et journaliste à Libération et Charlie Hebdo, raconte avec minutie et un pouvoir d’évocation puissant, le carnage, sa vie d’avant et le lent travail de reconstruction physique et psychique.
L’ouvrage, tiré à 30 000 exemplaires, a été réimprimé deux fois et s’est vendu à 75 000 exemplaires. Gaëlle aussi a traversé cette épreuve tragique. Grièvement blessée au Bataclan le 13 novembre 2015, elle a croisé Philippe Lançon à l’hôpital. La lecture du livre l’a bouleversée. Le Lambeau, c’est aussi son histoire.
Le Lambeau est posé sur la table basse de son salon. Gaëlle a lu les plus de 500 pages du roman en 10 jours. La nuit surtout. Elle a même noté certains passages dans un carnet. « C’est quand le terroriste était dans la salle et tirait sur les gens. Lui, explique qu’il voyait deux jambes noires et le bout de son fusil, et qu’il faisait le mort. En fait, c’est exactement ce que j’ai dû faire pour ne pas y rester. Il écrit : ‘Je me croyais toujours étranger à toute blessure. J’étais blessé pourtant. Assez immobile et la tête baignant probablement déjà dans assez de sang pour que le tueur n’ait pas jugé nécessaire de m’achever. »

« Ça a été dur de le lire et, en même temps, je me suis dit : ‘Lui aussi a fait ça.’ Faire le mort a un sens quand même fou. »

Gaëlle à franceinfo

Les balles des terroristes ont atteint Philippe Lançon et Gaëlle aux mêmes endroits. Le côté gauche de la mâchoire arrachée de la jeune maman de 36 ans se reconstitue lentement comme un puzzle de chair. Son bras gauche, qui tient avec une plaque et une dizaine de vis, est encore douloureux. Elle doit subir sa 22e opération chirurgicale mi-juin.

Les mots de l’écrivain, la vérité du rescapé

« Moi aussi, à l’époque, j’avais voulu tenir un journal, confie Gaëlle. Je me suis dit que de toute façon je m’en souviendrai. En fait, aujourd’hui, je me rends compte que j’ai complètement enfoui tout ça. »
« Il a fait ce travail un peu de mémoire auquel je m’identifie complètement. De façon ultra-réelle. Un réel un peu âpre, un peu infernal. »

Gaëlle à franceinfo

« Il a un talent d’écrivain et à ce titre, ça aide, poursuit-elle. Ça aide à comprendre et à mettre des mots sur des choses que l’on a en soi mais dont on ne parle pas forcément, soit parce qu’on n’a pas envie, soit parce qu’on ne sait pas. »

La lecture comme une thérapie

L’écriture de ce récit, intense, traversé par des références littéraires et musicales (Proust, Kafka, Bach), a sauvé Philippe Lançon. Pour Gaëlle, c’est une thérapie. « Il fait comprendre la violence, la souffrance, la solitude… Toutes ces notions-là, mais sans que ce soit finalement si lourd à porter. C’est ça qui m’a plu. »

« Ce n’est pas dans le mélodramatique. Il apprend à affronter sa gueule cassée. »

« C’est tout ce cheminement-là qui est un peu effroyable, mais ça sert pour avancer », affirme la jeune femme qui a prévu de lire Le Lambeau une seconde fois : « Je vais le relire avec encore plus d’attention. Là, j’ai mangé le livre parce que j’avais besoin d’aller au bout et aussi pour intégrer la dimension littéraire qu’il donne à ses descriptions et aussi pour me cultiver », conclut-elle dans un rire.

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de France info

« L’art-thérapie au risque du trauma » – Avignon

5 & 6 mai 2018
Un évènement organisé par le centre de formation « IRFAT ».
Deux jours où les professionnels du soin psychique viendront échanger lors de conférences.
Psychothérapeutes, psychiatres, psychanalystes et art-thérapeutes pourront débattre afin d’enrichir leur pratique, au regard du potentiel de l’art-thérapie.
L’art-thérapie nous permet-elle de redevenir sujet de notre vie face à la sidération d’un trauma ?
Quels sont les outils spécifiques de l’art-thérapeute face à un syndrome post-traumatique ?
La lutte contre le risque d’effondrement ne convoque t-elle pas inévitablement notre créativité ?
Lors de ce congrès d’art-thérapie, nous allons explorer l’utilisation du processus créatif dans le traitement du traumatisme psychique.


présentations des intervenants du Congrès :

Geneviève Bartoli

Art-Thérapeute et Formatrice en Art-Thérapie à Saint-Denis, elle nous présente :
« Clinique du trauma : quand l’art-thérapie s’en mêle ! »
Cette communication permettra ;
« …d’articuler comment l’art-thérapie, par la spécificité de son approche reliant le corps, les émotions, la pensée et l’impensé, permet d’initier un processus. La personne pourra alors rencontrer différemment ce qui lui fait toujours effroi en oeuvrant dans la figuration et la transformation.

Nous verrons aussi que cela ne pourra advenir que si nous avons su en préalable, créer une alliance thérapeutique et un sentiment de sécurité ici et maintenant.

Je m’appuierai sur mon expérience d’art-thérapeute, particulièrement dans le champs de la dramathérapie, auprès de victimes d’attentats, mineurs isolés, personnes en soins palliatifs. »

Geneviève Bartoli a été la superviseure du projet 13 or de vie de septembre 2016 à janvier 2017