Qu’est-ce que l’Art-Thérapie ?

L’art thérapie est une approche centrée sur un processus créatif en tant que modalité thérapeutique.
Cette pratique propose une expérience artistique, sensorielle et ludique à travers différents procédés :
peinture, dessin, collage, modelage… Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation entre patient et thérapeute.

Le dispositif mis en place permet à l’activité de se dérouler dans un cadre défini, sécurisant, sans que n’interviennent de jugement de valeur, d’incitation et d’interprétation intrusive.
L’art thérapie contribue à apaiser et métaboliser les souffrances physiques et psychiques par l’expression de la créativité artistique.

L’Art-Thérapie est une approche centrée sur un processus créatif en tant que modalité thérapeutique. Cette pratique propose une expérience artistique, sensorielle et ludique à travers différents procédés :

Arts plastiques : peinture, dessin, collage, modelage…

The British Association of Art Therapists (BAAT)Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation entre patient et thérapeute.
La pratique des arts plastiques sert à raconter, à mettre en formes, volumes, couleurs, sur un thème qui favorisera le lâcher-prise et ouvrira les portes de votre imaginaire.

Danse Mouvement Thérapie

On utilise le langage de la danse. Il est un moyen et non une finalité. C’est un instrument pour que le pratiquant puisse exprimer ses émotions. La technique est au service de l’expression. Elle est un support du langage corporel, car on s’exprime par le corps.

Dramathérapie

Comprendre et utiliser les mécanismes du jeu de l’acteur en vue d’une composition d’un personnage, d’un masque de soi-même. L’art-thérapie ajoute à l’art le projet de transformation de soi-même.

Musicothérapie

Musicothérapie active – Il s’agit d’un travail sur la communication non verbale. Le principe est l’ouverture de canaux de communication avec des personnes en rupture de communication. C’est un travail sur les productions sonores au moyen de la voix, les percussions ou autres. Le sujet devient créateur et s’exprime à travers la musique et les sons.
Musicothérapie réceptive –  Une séance de musicothérapie réceptive associe trois fragments d’œuvres musicales dont l’audition successive constitue trois étapes thérapeutiques : apaisement, détente, relaxation.

Le dispositif mis en place permet à l’activité de se dérouler dans un cadre défini, sécurisant, sans que n’interviennent de jugement de valeur, d’incitation et d’interprétation intrusive.
L’art thérapie contribue à apaiser et métaboliser les souffrances physiques et psychiques par l’expression de la créativité artistique.

Sfpe-A-T – Journées d’automne décembre 2017 – L’intime

SOCIETE FRANCAISE DE PSYCHOPATHOLOGIE DE L’EXPRESSION ET D’ART-THERAPIE
JOURNÉES D’AUTOMNE
LES 1, 2, ET 3 DÉCEMBRE 2017

Espace Ararat
11 rue Martin Bernard 75013 Paris
Métro Place d’Italie / Tolbiac
(Attention au changement de lieu)

L’INTIME

Lors de nos dernières Journées d’automne, nous abordions, avec L’Étranger, la question des frontières. Et par là même celle de « l’intime » qui, à l’instar d’un diptyque, sera travaillée cette année dans une approche inter- et transdisciplinaire dans les domaines artistiques, cliniques et sociétaux.

Comment la pratique artistique se nourrit-elle de l’intime qui, sans s’y réduire, relève aussi de l’inconscient ? Tout en étant au cœur du processus artistique, la part subjective de l’intime conserve son mystère. À quel moment, dans le geste artistique, sa part privée devient-elle partageable, publique, voire politique ? Quelles en sont les représentations dans les différents arts ? Et comment les historiens d’art ou les critiques s’en font-ils l’écho ? Comment l’intime peut-il être protégé voire construit, dans les différents dispositifs de médiation ? Aussi fragile que nécessaire, comment son espace sera-t-il délimité en vue de favoriser la construction, voire la reconstruction du sujet ?

Au travers de ce qui se manifeste sous forme artistique, des études de cas pourront montrer comment il participe des processus de subjectivation et d’appropriation autobiographique et narrative.

Comment dans différentes psychopathologies, l’intime peut-il se trouver exacerbé qu’il s’agisse, par exemple, de délires d’intrusion, de jalousie ou encore de maladies psychosomatiques ? Et quels en sont les dévoilements par exemple dans la clinique infantile et adolescente à travers le mensonge ?

Sur le plan sociétal, enfin, c’est avec Internet et les médias dits de révélation que la notion de l’intime vient d’être radicalement bouleversée. Comment les réseaux sociaux — Facebook, Instagram, Twitter, etc. — instaurent-ils de nouveaux régimes de l’intimité ; comment la téléréalité et les confessions cathodiques de type Le Divan participent-elles à sa déflagration ? Ce sont ces différentes questions — cliniques, sociétales, artistiques, thérapeutiques — que nous mettrons au travail grâce aux échanges fertiles entre des communications, ateliers et intermèdes artistiques.

Pour aller sur le site, cliquez sur l’image

L’art-thérapie – dépassement des difficultés personnelles

dépassement des difficultés personnelles

« Avancer avec la Fibromyalgie » L’art-thérapie – dépassement des difficultés personnelles
27 août 2016

Définition

L’art-thérapie est une méthode visant à utiliser le potentiel d’expression artistique et la créativité d’une personne à des fins psychothérapeutiques. L’art devient un moyen, la thérapie un but. La thérapie ajoute à l’art le projet de transformation de soi-même. C’est une méthode qui consiste à créer les conditions favorables au dépassement des difficultés personnelles par le biais d’une stimulation des capacités créatrices. Cette création artistique permet d’accéder à des sentiments enfouis. Elle ne nécessite aucune compétence dans le domaine artistique, puisqu’elle ne vise pas le côté esthétique de l’art.

Son principe

Se servir de la création artistique (peinture, théâtre, danse, collage, modelage, photographie) pour pénétrer les problématiques inconscientes de l’individu et le conduire à une transformation positive de lui-même. Le but est de partir, dans le cadre d’un processus créatif, de ses douleurs, de ses souffrances, pour déclencher un cheminement personnel. Du pire naît une construction, une production qui tend vers l’art.

Déroulement d’une séance

Lors de la première séance d’art-thérapie, un entretien avec le thérapeute permet au patient d’évoquer son mal-être et ses attentes. Le déroulement des séances suivantes a toujours le même objectif : développer un langage symbolique donnant accès à ses sentiments enfouis pour pouvoir ensuite les intégrer. C’est lorsque la personne lâche enfin prise et quitte la superficialité que la thérapie avance.
Parfois, en cours de séance, certaines personnes expérimentent ainsi des “surprises de conscience”. C’est comme si une évidence longtemps secrète leur sautait aux yeux (un souvenir oublié, une émotion longtemps refoulée, une association particulière d’idées). L’art-thérapeute a, dès lors, une fonction d’écoute pour soutenir la prise de conscience au même titre qu’un thérapeute classique.

Échange

Après avoir achevé sa production, ce dernier est ainsi invité à parler de ce qu’il a ressenti durant sa création, de ce qu’elle lui suggère. L’art-thérapeute peut soutenir la réflexion en posant des questions toujours extrêmement larges pour ne pas orienter les propos du patient. Chacun doit pouvoir, en effet, poursuivre son cheminement à son rythme, sans être brusqué par des révélations qu’il n’est pas de suite prêt à entendre […]


La fibromyalgie, ou syndrome fibromyalgique, est une maladie associant des douleurs musculaires et articulaires diffuses, une fatigue, des troubles du sommeil, des troubles cognitifs mineurs et des troubles de l’humeur d’intensité variable et d’évolution chronique.
Le diagnostic est établi d’après l’examen clinique, habituellement normal en dehors d’une sensibilité à la pression des tissus mous, et d’analyses biologiques simples, l’ensemble permettant d’écarter d’autres diagnostics.
Enfin, cette maladie, fréquente, potentiellement invalidante, touche le plus souvent les femmes d’âge moyen. La cause est inconnue, et une anomalie de fonctionnement du système nerveux central est supposée. Il y aurait une sensibilisation excessive des récepteurs impliqués dans la perception de la douleur. Quant au traitement, uniquement symptomatique, repose habituellement sur l’association de médicaments et de mesures non médicamenteuses.

Pour lire l’article, cliquez sur le logo du magazine