L’art thérapie est une approche centrée sur un processus créatif en tant que modalité thérapeutique.
Cette pratique propose une expérience artistique, sensorielle et ludique à travers différents procédés :
peinture, dessin, collage, modelage… Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation entre patient et thérapeute.

Le dispositif mis en place permet à l’activité de se dérouler dans un cadre défini, sécurisant, sans que n’interviennent de jugement de valeur, d’incitation et d’interprétation intrusive.
L’art thérapie contribue à apaiser et métaboliser les souffrances physiques et psychiques par l’expression de la créativité artistique.

L’Art-Thérapie est une approche centrée sur un processus créatif en tant que modalité thérapeutique. Cette pratique propose une expérience artistique, sensorielle et ludique à travers différents procédés :

Arts plastiques : peinture, dessin, collage, modelage…

The British Association of Art Therapists (BAAT)Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation entre patient et thérapeute.
La pratique des arts plastiques sert à raconter, à mettre en formes, volumes, couleurs, sur un thème qui favorisera le lâcher-prise et ouvrira les portes de votre imaginaire.

Danse Mouvement Thérapie

On utilise le langage de la danse. Il est un moyen et non une finalité. C’est un instrument pour que le pratiquant puisse exprimer ses émotions. La technique est au service de l’expression. Elle est un support du langage corporel, car on s’exprime par le corps.

Dramathérapie

Comprendre et utiliser les mécanismes du jeu de l’acteur en vue d’une composition d’un personnage, d’un masque de soi-même. L’art-thérapie ajoute à l’art le projet de transformation de soi-même.

Musicothérapie

Musicothérapie active – Il s’agit d’un travail sur la communication non verbale. Le principe est l’ouverture de canaux de communication avec des personnes en rupture de communication. C’est un travail sur les productions sonores au moyen de la voix, les percussions ou autres. Le sujet devient créateur et s’exprime à travers la musique et les sons.
Musicothérapie réceptive – Une séance de musicothérapie réceptive associe trois fragments d’œuvres musicales dont l’audition successive constitue trois étapes thérapeutiques : apaisement, détente, relaxation.

Le dispositif mis en place permet à l’activité de se dérouler dans un cadre défini, sécurisant, sans que n’interviennent de jugement de valeur, d’incitation et d’interprétation intrusive.
L’art thérapie contribue à apaiser et métaboliser les souffrances physiques et psychiques par l’expression de la créativité artistique.

____________________________________________________________________________

Thématiques

Art-thérapie : quand la musique soulage les douleurs

Art-thérapie : quand la musique soulage les douleurs
Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé
Jeudi 1 septembre 2016
Il y a des rencontres formidables. Celle de Claire Oppert, violoncelliste, et du Dr Jean-Marie Gomas, pionnier en matière de soins palliatifs, en est une. Ensemble, ils ont mis au point le « pansement Schubert » pour améliorer, par l’art-thérapie, la prise en charge de la douleur des patients en fin de vie.

Art-thérapie et douleur : le miracle du « pansement Schubert »

Selon la définition proposée par la Fédération Française des art-thérapeutes, « l’art-thérapie est la pratique de soin fondée sur l’utilisation thérapeutique du processus de création artistique »…
Imaginez une chambre d’hôpital dans laquelle se trouve un patient et, à ses côtés, une musicienne jouant du violoncelle. La scène se déroule au service de soins palliatifs de l’hôpital Sainte-Perrine à Paris. La violoncelliste, c’est Claire Oppert, concertiste et musicothérapeute. Il y a quelques années, alors qu’elle travaille dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ephad), elle constate qu’une patiente atteinte de démence s’agite et hurle pendant le soin qu’essaie de lui prodiguer l’infirmière. Claire Oppert : « Je me suis assise à côté d’elle et j’ai joué le mouvement lent du 2ème trio de Schubert. Immédiatement, le miracle s’est produit : la patiente s’est calmée et s’est mise à chantonner, l’infirmière a pu réaliser sa ponction veineuse en deux minutes. Pendant les deux semaines suivantes, je suis venue jouer à chaque fois qu’elle avait un soin et tout s’est bien passé ». L’idée du « pansement Schubert »* était née.

Art-thérapie : l’émotion par-delà de la maladie

Le pouvoir relaxant de la musique est connu, son effet sur la douleur est une réalité. Ici, l’originalité de la démarche est qu’il s’agit de musique vivante. « Mettre un casque sur les oreilles des patients pendant 15 mn pour leur faire écouter un enregistrement n’a pas la même portée que quelqu’un qui joue d’un instrument à côté de vous, souligne le Dr Jean-Marie Gomas, coordinateur de l’Unité douleurs chroniques et soins palliatifs de l’hôpital Saint-Périne où Claire Oppert exerce depuis 2011. Le violoncelle est proche de la voix humaine avec des fréquences facilement accessibles quel que soit l’état cognitif et le niveau socio-culturel des patients. Inutile d’être mélomane pour qu’il fasse vibrer le corps. On s’adresse au ressenti, à l’émotion ». C’est là toute la raison d’être de l’art-thérapie. Le médecin le précise, « le pansement Schubert ne guérit pas, ni ne remplace la morphine mais il apaise car il vient toucher la personne par-delà de la maladie ».

10% à 30% moins de douleurs

Pour mesurer l’impact de cette expérience musicale, une étude a démarré en 2014 et se terminera en 2017. Elle vise à inclure 200 volontaires. Pour l’heure 92 patients ont déjà bénéficié d’un « pansement Schubert ». Les premiers résultats décrivent une atténuation des douleurs induites par des actes médicaux de 10 à 30%, une décontraction musculaire et une diminution de l’anxiété. Ils sont évalués à partir de certains critères : tension artérielle, respiration, échelles de la douleur, observation du visage, du regard, paroles… Chaque séance dure en moyenne 15 mn à raison d’une à deux fois par semaine. Claire Oppert se met près du lit avec son instrument pendant que le soin a lieu : « En général, les patients me demandent de jouer doux. C’est eux qui choisissent ce qu’ils veulent écouter. Du classique au jazz en passant par des musiques ethniques ou baroques, je m’adapte. Quand ils n’ont aucune idée, je joue du Schubert ».

Des notes qui font du bien

« Ça me fait du bien », c’est ce que disent la majorité des patients à l’issue de la séance. « Quand ils sont conscients, 90% d’entre-eux se mettent à chanter », raconte la musicothérapeute. Mais même dans le coma, ils réagissent : les sons provoquent une décontraction musculaire dans 80% des cas, leur respiration se ralentit et s’amplifie.
« Plusieurs études montrent que le cerveau de personnes dans le coma réagit à la musique, rappelle le Dr Gomas. Quelques-unes se sont même réveillées après avoir entendu un morceau connu ». Bénéfique pour les patients, le « pansement Schubert » valorise aussi les soignants : « Ils ont l’impression que leur soin est meilleur », affirme Claire Oppert. Des bienfaits difficiles à quantifier avec des chiffres. Dr Gomas : « L’art-thérapie entre peu à peu dans les lieux de soins, le problème est le financement. On est dans un monde médical où tout doit être évalué mais avec le “pansement Schubert”, on est dans la recherche de la qualité, de la finesse, de la sensibilité. Ça ne se quantifie pas. Si le malade dit “j’ai moins mal”, on n’a pas besoin de colonnes de chiffres ».

Pour lire l’article, cliquez sur l’image

« Mémoires d’histoires » au foyer de Créteil – 25 mai 2018 – par l’association Thérapies Arts et Médiations

Le 25 Mai 2018

à partir de 19h

à l’Espace Jean Ferrat de Créteil

« Mémoires d’histoires au foyer de Créteil,
la voix des résidents »

C’est le moment pour nous de vous restituer le travail de mémoire que l’association TAM a réalisé avec les résidents du foyer ADEF de Créteil, à l’occasion de la parution du recueil « Mémoires d’histoires au foyer de Créteil, la voix des résidents ».
Ce projet à pris plusieurs années, c’est pourquoi nous souhaitons l’honorer dignement et rendre hommage à ces hommes qui nous ont confié leurs récits de vie.
Ce temps de partage se fera sous forme de lectures, de projection et de débat, accompagné d’un temps festif en compagnie de deux musiciens qui feront résonner leurs instruments originaires du Maghreb.


Fadhel Messaoudi : Oud (luth)/chant
Christophe Souron : Rek, Zarb & Daf (Tambours sur cadre)

La complémentarité de ces deux instruments luth & percussion et la rencontre de ces deux musiciens improvisateurs est un enchantement !
Autant vous dire qu’un vent de liberté va souffler !..

NB : Cet événement participe à la biennale du réseau mémoires histoires en ile de France 2018 qui se déroulera du 21 Mai au 21 Juin.  » Jeunesse: Mémoire et transmission ».


Où : Espace Jean Ferrat : 21 rue Charles Beuvin à Créteil.
Comment : En bus, 104 ou 127, arrêt Henri Mondor- Laferrière.
En voiture : A 86, sortie Créteil- Léchat, puis RN 19.
Contact : Association TAM, Thérapies Arts et Médiations, association.tam94@gmail.com – 0645186240

Au plaisir de vous y rencontrer !

Catherine Briand
Chargée de mission

Association T.A.M.
Thérapies Arts et Médiations
58 rue Mirabeau
94200 – Ivry sur Seine.
06 45 18 62 40
http://association-therapies-arts-mediations.blogspot.fr/